[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Quand été rime avec pesto !

Nous connaissons toutes et tous le célèbre pesto de basilic, ail, noix de pins et parmesan, né en Italie au 19e siècle. Aujourd’hui il existe mille et une recettes de pesto ! Regardons ensemble la composition du pesto, cela vous donnera des idées pour votre prochaine recette d’été !

Le pesto et ses multiples possibilités

Herbes et légumes 

Si le basilic est l’herbe classique utilisée, il en existe beaucoup d’autres qui apporteront des saveurs différentes à votre pesto. Les voici : épinard, aneth, cresson, sauge, roquette, kale, pissenlit, persil, shiso, champignon, tomates séchées, etc.

Pour un pesto zéro déchet il y a la fleur d’ail, les fanes (feuilles) de carottes, de radis et de betteraves. Elles peuvent s’utiliser seules ou encore en duo comme un pesto de feuilles d’épinard et de kale !

Noix et graines

Grillées ou non, les noix et les graines vont apporter de la matière à votre pesto ! Encore une fois tout est possible : noix de pin, noix de Grenoble, amande, pistache, noisette, pacane, noix de cajou, noix de macadamia, etc. ! Et pour un pesto moins cher et local, pensez aux graines de citrouille.

Fromage

Le plus utilisé reste le parmesan, mais il est possible d’ajouter d’autres formages ! Par exemple la féta, le fromage bleu, fromage de chèvre frais, la ricotta… Un pesto sans fromage est tout aussi délicieux et permet de réduire la facture finale ! Vous pouvez aussi essayer d’ajouter de la levure alimentaire pour donner un petit goût fromagé.

Huile

L’huile d’olive est la plus utilisée, mais l’on peut aussi utiliser d’autres huiles pour donner un goût original à votre pesto : par exemple l’huile de noix ou encore l’huile de sésame grillé.

Jus

Certains pestos requièrent du jus de citron, vous pouvez aussi essayer le jus d’orange fraîchement pressé.

Conservation

Au réfrigérateur le pesto se conserve 2 semaines. Pour allonger sa durée de vie répartissez-le dans des bacs à glaçon, une fois congelé, transférez les petits cubes dans un sachet conçu pour le congélateur. Bon à savoir, le pesto avec du fromage se conservera 6 mois et celui sans fromage durera jusqu’à un an.

Trouvez ici de la documentation sur la conservation des fines herbes

Préparation

Pour préparer votre pesto, vous aurez besoin d’un robot culinaire. La recette est simple, car tous les ingrédients vont dans le robot en même temps. Au préalable, vous pouvez blanchir (2-3 minutes dans l’eau bouillante) les feuilles les plus coriaces comme celles des betteraves ou encore des carottes. N’hésitez pas à ajouter de l’ail pour donner un petit côté piquant !

Dégustation

Le pesto se déguste sur des pâtes, des pizzas, mais aussi dans des soupes ou encore dans des sandwichs !

Recette pour épater :

C’est le temps de la fleur d’ail ! Vous pouvez la retrouver sur les étals des marchés. La fleur d’ail est coupée pour laisser à la plante toute l’énergie nécessaire pour développer de gros bulbes d’ail. La fleur d’ail peut se déguster crue, coupée en petits morceaux à ajouter dans vos salades, sur vos pizzas ou encore simplement grillée au barbecue ! Voici les ingrédients pour un pesto de fleur d’ail délicieux !

  • 10 fleurs d’ail finement hachées
  • 1/3 de tasse (65ml) de parmesan
  • 1/3 de tasse (65ml) de noix de votre choix
  • 1/2 tasse (125ml) d’huile d’olive
  • Sel et jus de citron au gout
  • Mettez le tout dans le robot culinaire et le tour est joué !

Pour aller plus loin, voici un dépliant sur les utilisations des fines herbes !

Bonne dégustation et bel été à toutes et tous !

Les mythes alimentaires (suite et fin)

Et voici notre troisième et dernier chapitre sur les mythes alimentaires ! Les deux derniers mois, nous avons levé le voile sur les croyances concernant les épinards, les mini-carottes, les pains multigrains, la vitamine C, les aliments surgelés et l’alimentation végétarienne. Connaissiez-vous les idées reçues sur nos trois derniers produits ? Dites-le nous en partageant l’article sur Facebook !


Le beurre est plus riche en matières grasses que les huiles végétales

Mythe !

Tandis que les huiles sont constituées à 100 % de matières grasses, le beurre, au même titre que la margarine, en renferme environ 80 %, le reste étant constitué d’eau et de traces de matières sèches.

Pour faire un choix plus éclairé, nous devons comparer les deux produits au niveau de la qualité des gras.  Le beurre renferme plus de gras saturés, qui tendent à faire augmenter le mauvais cholestérol sanguin, contrairement aux huiles végétales qui renferment des gras mono et polyinsaturés, considérés comme de « bons gras », ces derniers ont des effets bénéfiques reconnus sur la fonction cardio-vasculaire. Pour la population en bonne santé, l’idée n’est pas d’éliminer le beurre, mais simplement d’en limiter sa consommation, et d’opter de préférence pour des huiles végétales (canola, olive…) ou des margarines non hydrogénées. Tout est une question d’équilibre !

Les œufs bruns sont plus nutritifs que les œufs blancs

Mythe !

La différence entre les œufs à coquille brune et les œufs à coquille blanche provient tout simplement de la race de poule qui les pond. Qu’il soit blanc ou brun, sa valeur nutritive est identique. Les œufs vont contenir des protéines de hautes valeurs biologiques. Ces protéines sont dites complètes, car elles renferment les neuf acides aminés essentiels à l’organisme, et ce dans des proportions optimales. Pour un œuf moyen, il faut compter 6g de protéine.

Les œufs renferment aussi une majorité de lipides insaturés, qui comme mentionné ci-haut sont bons pour notre cœur. Les œufs et notamment le jaune sont un cocktail de vitamines. En effet, on y retrouve les vitamines A, B, D et E ainsi que du fer. En ce qui concerne les œufs oméga 3, les poules consomment directement des graines de lin ou du lin et/ou de l’huile de poisson ajouté à la moulée.

Les œufs sont mauvais pour le cholestérol sanguin

Mythe !

En plus des éléments cités plus haut les œufs contiennent aussi du cholestérol. Cependant, bien qu’ils soient riches en cholestérol, les œufs ne contribuent pas à augmenter le cholestérol sanguin et ainsi le risque de maladie cardio-vasculaire. En effet, ce sont plus les gras saturés qu’il faut surveiller dans son alimentation et non le cholestérol alimentaire. Les gras saturés ont comme effet d’augmenter « le mauvais cholestérol » dans notre organisme et par conséquent augmenter le risque de maladie cardiaque.

Pour une meilleure santé en général il est recommandé de diminuer nos sources de gras saturé en réduisant la quantité et la fréquence de consommation des aliments suivants : les viandes, les produits laitiers (le beurre, le fromage, le lait entier), le saindoux et le shortening et les huiles de palme, palmiste et noix de coco. Il faut savoir aussi que les aliments transformés sont généralement riches en gras saturés et qu’il est conseillé d’en réduire sa consommation.

Dans la même série