[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Le temps des semis intérieurs

Avec l’arrivée du mois de mars, on se met à rêver au printemps. Et qui dit printemps, dit semis ! Enfin ! Après plusieurs mois à manquer de lumière et de chaleur, le beau temps commence à se faire sentir tranquillement et c’est le temps de planifier le potager et les plates-bandes. Alors, pourquoi ne pas faire nos propres semis ? C’est si simple quand on s’y connait un peu. 

Voici les éléments principaux à prendre en compte pour bien réussir nos semis : 

L’espace 

L’espace disponible nous donnera une bonne idée sur la quantité de semis que nous pouvons faire.


Bien que les semis ne demandent qu’un tout petit espace, mais attention : l’espace occupé au départ se verra triplé et même plus lors du le repiquage et de la transplantation dans de plus gros pots !  
Petit semis deviendra grand… 

Éclairage 

L’éclairage est toujours le point sensible lorsqu’on cultive des plantes à l’intérieur de la maison. Les semis ne sont pas différents, ils ont besoin d’un éclairage soutenu pour grandir avec vitalité.
Lors de la germination, nos semis ne requièrent pas beaucoup de lumière, mais plutôt une humidité constante et de la chaleur. Mettre un dôme ou un sac en plastique transparent, en prenant soin de faire trous dedans, nous permettra de conserver l’humidité et la chaleur nécessaires à la germination. Essayez de ne pas mettre vos semis avec le dôme en plein soleil direct, ils pourraient surchauffer. 

Les premières feuilles apparaissent ? c’est le temps d’enlever le dôme et de se préoccuper de la lumière ! On peut maintenant choisir l’endroit le plus ensoleillé de la maison pour y déposer nos petites plantules. Plus il y aura de soleil, plus nos plants seront compacts et verts.  
Astuce : pour vous assurer que vos plants poussent bien droit, faites-leur faire une rotation d’un quart de tour, deux fois par semaine. 

Lumière artificielle

Une lumière artificielle sera plus constante que le soleil, qui nous quitte parfois derrière les nuages. Par exemple, les lumières DEL peuvent aider grandement les jeunes plants. 

Consultez les informations disponibles sur les lumières pour avoir un degré Kelvin qui se rapproche de 6400K, qui est plus propice et assimilable par les plantes pour la croissance végétative.  
Faites également attention à la distance des lumières vis-à-vis des plantes : vérifiez avec votre main que la température ne soit pas trop chaude pour les plants. 

Substrat 

Vous devez utiliser les substrats conçus pour la culture en pots ou en contenant, par exemple du terreau à semis, d’empotage ou à jardinières. Ils sont légers, poreux et gardent bien l’humidité.  
Il n’est pas nécessaire d’y ajouter un engrais pour l’instant puisque les plantules n’en ont pas besoin durant les premières semaines.  

Les mélanges à base de mousse de sphaigne pour semis donnent de meilleurs résultats que les mélanges de terre. Il est recommandé de bien humecter le substrat à base de mousse de sphaigne avant son utilisation, on le gardera ensuite humide, mais non détrempé.  
À la boutique L’Escale verte, vous trouverez du terreau spécialement conçu pour les semis, vendu en vrac. 

Comment démarrer vos semis : 

  1. Remplir un contenant propre (qui a des trous au fond) avec le terreau à semis, on le tasse très légèrement. 
  2. On dispose ensuite les semences sans trop les serrer entre elles, pour éviter l’étiolement lorsque les plants pousseront. 
  3. Parfois il faut saupoudrer légèrement les semences de terreau. Certaines semences ont besoin de lumière pour germer alors consultez le sachet de semences. Toutes les informations cruciales sur l’espèce se trouvent sur le sachet. 
  4. On couvre d’un dôme ou d’une pellicule plastique transparente. On retire le dôme lorsque les plantules ont émergé du sol. 
  5. Pour l’arrosage, au début il est préférable d’utiliser un vaporisateur pour éviter de déplacer les semences. Mais lorsque la croissance est bien démarrée, mieux vaut arroser par-dessous, l’eau montera par capillarité et cela réduira les risques de maladies fongiques dues à un feuillage mouillé. 
  6. Vous aurez peut-être besoin de les repiquer ou transplanter dans des pots plus gros, s’ils sèchent trop rapidement ou si les racines sortent par les trous de drainage. 
  7. C’est habituellement à partir du repiquage ou du transplant qu’on se met à les fertiliser. Nous vous conseillons de couper les doses d’engrais de moitié ou même du quart pour les jeunes plants et de garder des apports réguliers.  
  8. Il ne reste plus qu’à vérifier la météo pour s’assurer de les sortir au bon moment. Il est préférable de les acclimater tranquillement, à l’ombre, pour les premiers jours et de les rentrer à l’intérieur pour les nuits froides avant la plantation.

Choix de semences et calendrier

Il est important de ne pas démarrer tous ses semis en mars. Il peut être difficile de leur donner des conditions idéales et réduire leur temps passé à l’intérieur peut permettre de s’épargner quelques problèmes. Rien ne sert de courir, il faut semer à point ! 

semis poivron

Pour le potager, il y a plusieurs semis à démarrer en mars : aubergine, cerise de terre, ciboulette, poivron, piment, oignon, persil et certains cultivars de tomate. 

Cependant, pour la plupart des semis, il est tout de même préférable d’attendre avril : les tomates, les différents choux, les melons, les concombres et courgettes. 

Voici le calendrier de semis que propose l’Espace pour la vie :  

Légumes Semis à l’intérieur Semis à l’extérieur Plantation à l’extérieur 
Ail     Octobre 
Aubergine Mi-mars   Début Juin 
Bette à carde Début avril Début mai Mi-mai 
Betterave   Mi-mai   
Brocoli Début avril   Mi-mai 
Carotte   Fin avril ou début mai   
Céleri  Mi-mars   Fin mai 
Céleri-rave Mi-mars   Fin mai 
Cerise de terre Début avril   Début juin 
Chou chinois   Début août   
Chou de Bruxelles Début avril   Mi-mai 
Chou-fleur Début avril   Mi-mai 
Kale Mi-mars Mai Début mai 
Chou pommé Début avril   Mi-mai 
Chou-rave Fin avril Début mai Fin mai 
Citrouille 
et autres courges d’hiver  
Début mai Début juin Début juin 
Concombre Mi-mai Début juin Début juin 
Courgette 
et autres courges d’été 
Début mai Début juin Début juin 
Échalote française     Début mai 
Épinard   Mi-avril   
Haricots   Fin mai   
Laitue Mi-avril Début mai Fin mai 
Maïs   Fin mai   
Melon Mi-avril à fin avril   Début juin 
Mesclun   Début mai   
Navet   Début mai   
Oignon Début mars Début mai  
(oignon vert) 
Début mai 
Panais   Mi-mai   
Piment et poivron Mi-mars à fin mars   Début juin 
Poireau Début mars   Début mai 
Pois   Fin avril ou début mai   
Pomme de terre     Mi-mai 
Radis   Fin avril ou début mai    
Rutabaga   Début juin   
Tomate Fin mars à mi-avril   Début juin 
Tomatillo Fin avril   Début juin 

Bon semis à tous ! 

 Pour aller plus loin : https://jardinscommunautaires.ca/a-vos-semis/


Sources :
le jardin botanique de Montréal

https://espacepourlavie.ca/semis-dinterieur-legumes-et-annuelles

https://espacepourlavie.ca/calendrier-de-semis-de-legumes

Les micropousses faciles !

red brassica micropousses germinations jeunes pousses

C’est l’hiver, le jardin est sous la neige mais malgré tout, cela ne devrait pas vous empêcher de cultiver de fraîches verdurettes avec les micropousses ! 

Qu’est-ce que les micropousses ? 

De plus en plus populaires et disponible en épicerie ces dernières années, les micropousses sont en fait, des bébés légumes, récoltés en tout début de vie. Elles se rapprochent énormément des germinations mais s’en distingue du fait que nous les mangeons à un stade plus avancé et les techniques de cultures sont différentes.  

Seul petit bémol, selon les recommandations de Santé Canada, les enfants âgés de moins de cinq ans, les aînés, les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont particulièrement vulnérables aux bactéries qui peuvent se trouver sur les germinations. Ces personnes devraient également éviter de les consommer à moins que ceux-ci soient entièrement cuits

Nous vous présentons ici une introduction en matière, avec les variétés les plus faciles : les pois, les radis et les choux (rouge, brocoli, kale, roquette, moutarde) 

Les avantages de faire soit même ses micropousses : 

  • Frais et nutritif 
  • Demande peu d’espace 
  • Demande peu d’équipement 
  • Économie d’argent 
  • Rapide (10 à 21 jours) 
  • Grande diversité de variétés, de goût et d’utilisation 
  • Plusieurs variétés très faciles ! 

MATÉRIEL À PRÉVOIR

Des contenants  

Si c’est votre première expérience, commencez avec peu d’investissement. Des contenants de plastique, peu profond, récupérés feront très bien l’affaire !


Par exemple : des contenants de pâtisseries (croissants, biscuits), de fruits et légumes (framboises, mûres) ou de plats pour emporter (sushi, sandwichs).

boite plastique diy germoir

Vous devrez séparer les deux parties pour les emboiter ensemble. Un sera perforé d’une multitude de petits trous, ce qui permet à l’eau de s’égoutter et les racines pourront s’y ancrer, dans le cas des pois sans terreau. L’autre permettra de conserver l’eau et empêchera les dégâts.  

Il est aussi possible de trouver des germoirs spécifiquement conçus pour les micropousses, l’Escale Verte vous en propose.

Des semences  

L’idéal est de se procurer des semences adaptées pour les micropousses ou les germinations. Elles ne sont pas traitées, la plupart du temps biologiques, et ont un taux de germination contrôlé. 
Vous les trouverez facilement dans les épiceries biologiques ou les boutiques d’aliments naturels (l’Escale verte propose des semences à germer en Vrac). Des pois secs ou des graines de moutarde de l’épicerie pourraient être utilisées mais les résultats pourraient ne pas être aussi concluant qu’avec des semences conçues à cette utilisation.  

Pour la quantité de semence à utiliser, tout dépend de votre contenant. La densité est beaucoup plus grande dans le cas des pousses que pour des semis fait pour avoir des plants matures. 

Voici les quantités recommandées pour un plateau de culture de 25 cm par 50 cm (1 250 cm2), vous pouvez faire le calcul selon la dimension de votre contenant. 

  • Les pois – 200 grammes (250 ml) 
  • Les radis – 30 grammes (45 ml) 
  • Les choux – 40 grammes (60 ml) 

Du substrat  

Dans le cas des pois ce n’est pas nécessaire mais pour les autres vous aurez besoin d’un substrat. Ils sont à usage unique et pourront ensuite être mis dans votre bac de compost. 

Vous pouvez utiliser : 

  • Du terreau à semis  
  • Un tapis conçu spécialement pour les micropousses (chanvre, fibre de bois, etc.).
    Certaines sources cite les papiers-essuies tout mais il semble que les racines aient de la difficulté à y pénétrer. 

L’Escale verte propose du terreau à semis en vrac, des tapis de germination et des germoirs à micro-pousses 

Un vaporisateur 

La classique bouteille poush-poush, neuve ou qui n’a contenu que de l’eau. 

Une source lumineuse  


Un rebord de fenêtre ou un éclairage fluorescent ou LED (si vous faites déjà vos semis intérieurs de printemps) 


HYGIÈNE 

Évidemment, pour être bien réussies, les pousses doivent être cultivées dans du matériel propre, et être placées dans un environnement bien aéré. Vous devez bien les observer, et si vous remarquez des odeurs, des signes de maladies fongique ou de moisissures, dans ce cas mieux vaut ne pas prendre de chances et de les jeter.  


LA BASE ÉTAPE PAR ÉTAPE 

Les pois : 

  • Trempez vos semences dans de l’eau, à température pièce, pendant 6 à 8 heures. 
  • Videz l’eau, rincez et égouttez-les 
  • Déposez uniformément les semences dans le contenant troué, sur un seul niveau (pas une par-dessus l’autre).  
  • Durant les 3-4 premiers jours, les semences n’ayant pas besoin de lumière, elles peuvent être placées à l’obscurité, mais elles devront avoir une source lumineuse après ce stade.  
  • Vaporiser les semences légèrement deux fois par jour pour les 3-4 premiers jours. 
  • Lorsque qu’elles ont bien démarrées, mettre de l’eau dans le contenant non-troué du dessous une à deux fois par jour, ce qui empêche la formation de maladies fongiques du feuillage. Elles ne doivent pas sécher. 
  • Récoltez les pousses lorsqu’elles auront de 10 à 15 cm environ. Plus grandes elles risquent d’être coriaces. 
  • Elles peuvent se conserver dans un contenant hermétique durant quelques jours ou vous pouvez les récoltez peu à peu, alors qu’elles continuent de grandir. 

Les radis et les choux : 

  • Déposez 1 à 2 cm de terreau ou le tapis dans le fond du contenant troué et humidifiez. 
  • Déposez uniformément les semences sur le terreau, sur un seul niveau (pas une par-dessus l’autre). 
  • Saupoudrez légèrement les semences de terreau et humidifier bien. 
  • Durant les 3-4 premiers jours, les semences n’ayant pas besoin de lumière, elles peuvent être placées à l’obscurité, mais elles devront avoir une source lumineuse après ce stade.  
  • Vaporiser bien les semences deux fois par jour, pour les 3-4 premiers jours : elles ne doivent pas sécher. 
  • Lorsque qu’elles ont bien démarrées, mettre de l’eau dans le contenant non-troué du dessous une à deux fois par jour, ce qui empêche la formation de maladies fongiques du feuillage comparativement à la vaporisation. Elles ne doivent pas sécher. 
  • Récoltez les pousses lorsqu’elles auront 10 cm environ. 
  • Faites attention pour qu’il n’y ait pas de terreau dans votre récolte. 
  • Elles peuvent se conserver dans un contenant hermétique durant quelques jours ou vous pouvez les récoltez peu à peu, alors qu’elles continuent de grandir. 

UN PEU PLUS DE DÉTAILS 

Un article sur des techniques et des variétés un peu plus avancées sera présenté au courant du mois de mars! Restez à l’affût! 


Venez faire un tour à notre boutique l’Escale Verte où vous pourrez vous procurer: