[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Distribution annuelle de végétaux – Ahuntsic-Cartierville

distribution fleurs plantes A-C Ahuntsic Cartierville 2021

Merci de votre intérêt pour la distribution des fleurs, malheureusement il n’y a plus de places disponibles pour l’année 2021. Rendez-vous l’année prochaine !

La distribution annuelle de végétaux organisée par Ville en vert arrive à grand pas.  

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville distribue gratuitement des végétaux aux citoyens ainsi qu’aux groupes.  Cette année la distribution aura lieu le samedi 29 mai 2021, dans 2 sites, sur rendez-vous seulement.  

Si vous êtes résident de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, merci de consulter cet article.


La distribution aura lieu sur deux sites : 

Citoyens

Sur rendez-vous seulement, les inscriptions pour les citoyennes et citoyens à la distribution de plantes seront ouvertes du 5 au 7 mai ou jusqu’à épuisement des places disponibles !

Inscrivez-vous mercredi 5 mai dès 9h au lien suivant : https://form.jotform.com/210525899770264

Plantes et quantités disponibles par citoyen :

  • 1 Tomate cerise Sweet 100 (Quantité limité !)
  • 6 Rudbekia Denver Daisy
  • 6 Capucine Alaska Mélange
  • 6 Agastache Golden Jubilee
  • 6 Basilic vert
  • 6 Sauge officinale
  • Menthe verte (Quantité limité !)

Groupes admissibles

Voici les groupes admissibles : 

  • Comité des ruelles vertes et communautaires attestés par le programme de l’arrondissement  
  • OBNL (CPE, organisme communautaire, SDC) 
  • Petits commerces (avec platebandes ou boite à fleurs sur le domaine public) 
  • Coopérative d’habitation et HLM 
  • Institutions (écoles, garderies) 
  • Communautés religieuses 

Si vous figurez parmi ces groupes, procédez à votre inscription entre le 26 et 30 avril 2021 :

Aucune réponse ne sera donnée aux courriels ou téléphones non reliés aux groupes admissibles. 

Les végétaux offerts :

Il y a 60 plants pour un groupe :

  • 6 Basilic vert (quantité limitée)
  • 18 Rudbekia Denver Daisy
  • 18 Agastache Golden Jubilee
  • 18 Sauge officinalis

Cliquez sur l’image pour consulter la fiche HD des variétés des fleurs et plantes potagères offerte gratuitement pour cette année :

Les inscriptions se feront dans la limite des stocks disponibles. Aucune adaptation de lot ne sera effectuée. Merci de votre compréhension !

Distribution de paillis et de compost (libre-service)

Du paillis et du compost seront mis à votre disposition à proximité du lieu de distribution des fleurs. Le paillis et le compost seront en libre-service, apporter votre pelle et vos contenants. Merci de respecter les consignes sanitaires en vigueur.


Si vous souhaitez participer comme bénévole à la journée de distribution des fleurs, merci de contacter Élizabeth :

Le biogaz et les boules du parc Frédéric-Back

boule biogaz frederick back

Tout droit sorti d’un film de science-fiction, d’immenses dômes aux allures futuristes surplombent le site du parc Frédéric-Back. Lors de votre dernière balade au parc, vous les avez probablement observés ! En plus de bonifier le paysage, ces sphères ont une raison d’être bien précise. En effet, elles servent d’abord et avant tout à protéger les puits de captation de biogaz qui émanent du site. Mais d’où proviennent ces gaz ?

Biogaz : historique en bref  

Tout d’abord afin de comprendre d’où proviennent les biogaz, il est essentiel de connaître l’historique du site.

Figure 1. Sauvagette (2020). Parc Frédéric-Back – Carrière (s.d.). [Sphères- Puits de captation des biogaz].
La carrière Miron

Au tournant du siècle passé, le site où se trouve actuellement le parc Frédéric-Back abritait la carrière Labesse. En 1947, elle deviendra, suite à son acquisition par les frères Miron, la carrière Miron. En 1950, les deux frères mettent sur pied une usine de ciment sur le site. Le calcaire et l’argile extraits dans la carrière étaient par la suite transformés dans l’usine pour en faire du béton. Béton qui a notamment servi à la construction de la gare centrale, de l’hôpital Sainte-Justine, du complexe Desjardins et de la place Ville-Marie, marquant à tout jamais le paysage urbain montréalais.

Après plus d’une vingtaine d’années d’exploitation minière, la carrière Miron laissa, à la fin de ses activités, un immense cratère d’une superficie de 192 hectares et atteignant jusqu’à 70 mètres de profondeur. C’est ainsi que, de 1968 à l’an 2000, le site de la carrière Miron se métamorphosa graduellement en un site d’enfouissement des déchets domestiques. Durant ces années d’opération, le site d’enfouissement reçut en provenance de la ville de Montréal, de Laval et de plusieurs municipalités de la Rive-Sud, plus de 40 millions de tonnes de déchets.

Figure 2. Sauvagette (2020). Parc Frédéric-Back – Carrière (s.d.). [Ancienne Carrière Miron]
Acquisition par la Ville de Montréal et réhabilitation du site

En 1984, la Ville de Montréal fit l’acquisition du site. Toutes les opérations d’enfouissement des déchets ont définitivement cessées à partir de l’an 2000. À compter de ce moment, débuta un grand projet de réhabilitation écologique du site afin qu’il devienne le Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM). Par la présence de l’écocentre, du centre de tri et de la Centrale Biomont, le CESM se positionne en tant que figure de proue de la gestion environnementale des déchets.

File:Sentier Nord - Parc Frédéric-Back.jpg
Figure 3. Sauvagette (2020). Parc Frédéric-Back – Sentier Nord (s.d.). [Réaménagement]

Alors que le projet de réhabilitation va de bon train et devrait se conclure d’ici 2025, les 40 millions de tonnes de déchets accumulés au fils des ans constituent un enjeu de taille. C’est cette accumulation de déchets qui est à l’origine de l’émanation de biogaz.

Qu’est-ce que le biogaz ?  

Une partie des 40 millions de tonnes de déchets accumulés au fil des ans sont d’origine organique, formant ainsi une importante biomasse qui représente une source d’énergie potentiellement exploitable. Une fois ensevelie sous terre, cette biomasse, dorénavant privée d’oxygène, libère lors de ce processus biologique nommé la biométhanisation, des biogaz. Ceux-ci sont en grande partie composés de méthane, un gaz à effet de serre (GES) dont les experts estiment être de 25 à 30 fois plus nocif que le CO2.

Afin d’éviter les effets néfastes de la libération dans l’atmosphère de ces biogaz, ceux-ci sont captés par des puits de captation qui sont protégés par les sphères. Une fois captés, les biogaz sont acheminés à la centrale Biomont par le biais de canaux souterrains.

La centrale Biomont bâtie en 2017 sur le site même du CESM, s’assure alors de transformer le biogaz en énergie. Ce processus permet chaque année une réduction de plus de 230 000 tonnes de GES. En plus de préserver l’environnement, la centrale Biomont est en mesure de produire chaque année, plus de 5 millions de mégawatts : C’est assez pour alimenter près de 1900 foyers. L’énergie produite par la centrale Biomont est réacheminée dans le réseau d’Hydro-Québec et selon les estimations, il y aurait suffisamment de biogaz dans les souterrains de l’ancienne carrière, pour alimenter la centrale pour les 25 prochaines années !

Si vous voulez en apprendre davantage sur le processus de biométhanisation, c’est ici : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/matieres-organiques/scenarios-gestion-entreprise/biomethanisation-sur-place  


Sources :