[email protected] (514) 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

L’art de démarrer les semis intérieurs, résumé en 9 conseils-clé

Rédigé par Anne Dezetter

Les prémices du printemps annoncent enfin le temps des premiers semis qu’on démarre dans la chaleur de son chez-soi. Voici aujourd’hui quelques conseils pour les réussir à coup sûr !

1. Semences et semenciers :

En attendant que les fêtes des semences rouvrent au public, cette année choisissez les végétaux que vous souhaitez cultiver dans les catalogues et sites web des semenciers locaux. On conseille de débuter par des végétaux faciles, qui n’ont pas besoin de stratification, comme les tomates, cerises de terre, choux, courges, cucamelon. La brouette offre un beau recensement des semenciers québécois : www.labrouette.ca/ressources/liste-des-semenciers-quebecois/; qu’on peut compléter avec la longue liste de semenciers au-delà de la province de Larry Hodgson: https://jardinierparesseux.com/catalogues. C’est aussi le moment pour échanger avec vos proches et voisin.e.s ou vous fournir auprès des grainothèques de votre quartier.

2. Calendrier :

Suivez le calendrier des semis, tout en gardant à l’esprit que mieux vaut semer un peu tard que trop tôt. On apprécie particulièrement deux calendriers :

3. Matériel :

Choisissez des plateaux de culture, des petites caissettes ou des godets en plastique, en neuf ou de récupération. Trois éléments d’importance : le matériel doit être parfaitement propre pour éviter tout risque de maladie (telle que la fonte des semis), les contenants doivent avoir le fond percé et finalement, ils doivent être recouverts d’un dôme permettant de donner un effet de serre lors des premiers jours de la germination. Il faudra l’ôter totalement ou partiellement dès que vous apercevrez les premières plantules. Un dôme peut être tout simplement une vitre ou un plastique (sac, couvercle) transparent.

4. Substrat :

Cela vaut la peine d’investir dans du terreau spécial semis qui a l’avantage d’être léger et d’offrir un meilleur drainage, grâce à l’ajout de perlite. Autrement, un autre terreau neuf donc stérile pour plantes d’intérieur fera l’affaire. Il restera à effectuer le brassage en y incorporant de l’eau au fur et à mesure. La texture de votre terreau doit être humide sans être détrempée (en formant une boule dans la main, elle doit garder sa forme sans dégoutter). À la boutique L’Escale verte, vous trouverez du matériel et du terreau spécial semis vendu en vrac. 

5. Lumière :

Une autre clé du succès est la lumière dont les semis auront besoin de 14 à 16 heures par jour. L’idéal, si le budget le permet, est de se munir de LED de croissance tels que des T5 au spectre de 6400K ; sinon récupérez simplement des fluorescents de type « cold white », dont la lumière bleue convient à la croissance, installés sur des simples ou doubles fixtures. Petit conseil : ajoutez un minuteur qui permettra d’assurer des photopériodes constantes tout le long de la croissance, sans se soucier des grasses matinées ou des fins de semaine au chalet !

6. Emplacement :

L’emplacement doit être assez chaud et ventilé. On peut installer les semis sur une étagère ajourée ce qui permettra de placer facilement les lumières sur l’étagère du dessus, ou bien sur une table. Dans ce cas, vous pourrez installer les fixtures sur des calles de bois. Une vidéo valant deux mille mots, la présentation de Yves Gagnon, des Semences du Portage explique tout cela à merveille : https://www.youtube.com/watch?v=GPa5M_CfPMo

7. Arrosage :

Pour l’arrosage, prenez garde à ce que la terre ne soit ni détrempée, ni trop sèche, vous vous en rendrez facilement compte au toucher. L’eau du robinet peut être filtrée et à température pièce.

8. Identification :

N’oubliez pas d’identifier vos semis grâce à des étiquettes plastifiées (on peut simplement découper des pots de yogourt en lanières rectangulaires ou réutiliser des cuillers en plastique) et un marqueur indélébile.

9. Instructions des semenciers :

Enfin, cela vaut le coup de lire les informations et les instructions sur les sachets de semences, tels que l’année de l’ensachage, le taux de germination, le temps de germination et plus particulièrement la profondeur du semis (par défaut, dites-vous que la profondeur équivaut à trois fois l’épaisseur de la graine).

Vous allez donc donner vie aux futurs plants dont les fruits se retrouveront cet été dans votre assiette, n’est-ce pas merveilleux ?! Quoi qu’il en soit, essayons des curiosités, testons par essai-erreur et surtout amusons-nous !

Pour aller plus loin

Le temps des semis intérieurs. https://villeenvert.ca/le-temps-des-semis

Le jardinier paresseux. Réussir vos semis à l’intérieur: un guide pour les néophytes.

https://jardinierparesseux.com/2022/03/17/reussir-vos-semis-a-linterieur-un-guide-pour-les-neophytes/  (consulté le 21/03/2022) 

Le jardinier paresseux. Des fluorescents « cool » https://jardinierparesseux.com/2016/01/25/des-fluorescents-cool/ (consulté le 21/03/2022) 

10 trucs pour réussir ses semis avec Lyne Bellemare, semencière artisanale. https://demaindemain.co/blogs/articles/10-trucs-pour-reussir-ses-semis?fbclid=IwAR0HjAKTEzSbFKRnEVMlKTw87Y7HesGPId8WZ0Aw658GKNR9WLXmtug25TU (consulté le 21/03/2022) 

Conférences horticoles de la fête de semences d’Espace pour la vie : www.youtube.com/playlist?list=PL3qLljRjkXjrYJzmpT5hYfHAKIjon0Hr1 (consulté le 21/03/2022) 

Pour en savoir plus sur la grainothèque de la bibliothèque Le Prévost :

https://montreal.ca/articles/une-grainotheque-la-bibliotheque-le-prevost-10618

Pour en savoir plus sur la grainothèque de la bibliothèque Ahuntsic :

Les semenciers participant aux projets de Ville en vert :

– La société des plantes de Kamouraska : https://www.lasocietedesplantes.com
– Les semences du portage : https://semencesduportage.com/
– Le jardin des Vie-la-joie : https://vielajoie.com/
– Les jardins de l’écoumène : https://www.ecoumene.com/
– Greta’s family garden : https://www.seeds-organic.com/

Bien manger malgré la hausse du prix des aliments 

Rédigé par Glaucia Ferreira Santos

En ces temps où le coût des aliments grimpe en flèche, on a l’impression qu’il est plus difficile de manger sainement. Cependant, il y a énormément d’astuces pour éviter le stress financier lors de nos achats à l’épicerie, comme planifier nos repas en cherchant les aliments nutritifs et peu couteux.  Planifier vos repas et indiquer ce que vous allez manger chaque jour, pour vous permettre de dresser une liste d’épicerie précise, avec seulement, ce dont vous avez vraiment besoin.

Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez utiliser cet outil proposé par la fondation Olo.  

7 conseils pratiques pour manger sain et économiser

1. Choisissez un jour par semaine pour faire l’épicerie

Si vous y allez plusieurs fois, vous aurez tendance à dépenser plus. Aussi, pour éviter les achats impulsifs, n’y allez pas le ventre vide. Essayez d’y aller durant les moments moins achalandés, comme tôt le matin. 

2. Achetez uniquement les articles inscrits sur votre liste

Ayez également en main une calculatrice (votre téléphone cellulaire) pour ne pas dépasser votre budget. 

3. Comparez les prix des articles selon les différents formats

Vous pouvez regarder les prix par 100g qui se trouvent souvent sur l’étiquette des produits en étalage. Comparez aussi différentes marques : les marques maison ou sans nom sont souvent moins chères.  

4. Ne négligez pas l’aspect nutritif

Comparez toujours les étiquettes nutritionnelles et préférez les aliments qui ont la meilleure valeur nutritive et qui entrent dans votre budget.

Les grains entiers tels que le riz, les pâtes, l’orge et le couscous sont peu coûteux et peuvent être utilisés dans une grande variété de recettes comme les soupes, les ragoûts et les salades.

Les œufs, le tofu, la protéine végétale texturée et les légumineuses (haricots, lentilles, pois chiche, etc.) sont des produits savoureux, riches en protéines et peu coûteux.

Le poisson en conserve donne aussi d’excellents sandwiches et des salades variées.

5. Vérifiez toujours les dates de péremption afin d’éviter le gaspillage. Optez pour la date la plus éloignée. 

Si un aliment que vous utilisez souvent est en spécial, profitez-en pour faire des provisions et congelez-en au besoin.  

Surveillez les étalages de fruits et légumes frais offerts à prix réduit ou pour vente rapide, ils donnent d’excellents repas.  

Les produits de boulangerie de la veille sont moins chers et encore bons. C’est la même chose pour le yogourt qui approche de la date de péremption. Dans les deux cas, vous pouvez les congeler pour les conserver plus longtemps. 

6. Cultivez vos herbes aromatiques dans votre cuisine

Les herbes aromatiques comme le basilic, thym, romarin, persil, ciboulette, menthe, aneth, coriandre, estragon, cerfeuil et oseille peuvent être cultivés sur le comptoir de votre cuisine proche d’une fenêtre. Cette manière de faire vous permettra d’économiser sur vos achats et d’avoir des herbes fraiches durant toute l’année.  

7. Informez-vous des ressources disponibles pour les budgets très serrés

Il y a des banques alimentaires, soupes populaires, cuisines collectives, jardins urbains et plein d’autres ressources qui peuvent vous aider à manger sainement en respectant votre budget. 

Référence: 

https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/conseils-pour-alimentation-saine/mangez-sainement-tout-en-respectant-votre-budget/

ACEF Lanaudière. Bien manger à bon compte, trucs, astuces et information en alimentation. 

https://www.unlockfood.ca/fr/Articles/Budget/20-facons-de-reduire-vos-depenses-en-epicerie.aspx