[email protected] (514) 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Bien manger malgré la hausse du prix des aliments 

Rédigé par Glaucia Ferreira Santos

En ces temps où le coût des aliments grimpe en flèche, on a l’impression qu’il est plus difficile de manger sainement. Cependant, il y a énormément d’astuces pour éviter le stress financier lors de nos achats à l’épicerie, comme planifier nos repas en cherchant les aliments nutritifs et peu couteux.  Planifier vos repas et indiquer ce que vous allez manger chaque jour, pour vous permettre de dresser une liste d’épicerie précise, avec seulement, ce dont vous avez vraiment besoin.

Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez utiliser cet outil proposé par la fondation Olo.  

7 conseils pratiques pour manger sain et économiser

1. Choisissez un jour par semaine pour faire l’épicerie

Si vous y allez plusieurs fois, vous aurez tendance à dépenser plus. Aussi, pour éviter les achats impulsifs, n’y allez pas le ventre vide. Essayez d’y aller durant les moments moins achalandés, comme tôt le matin. 

2. Achetez uniquement les articles inscrits sur votre liste

Ayez également en main une calculatrice (votre téléphone cellulaire) pour ne pas dépasser votre budget. 

3. Comparez les prix des articles selon les différents formats

Vous pouvez regarder les prix par 100g qui se trouvent souvent sur l’étiquette des produits en étalage. Comparez aussi différentes marques : les marques maison ou sans nom sont souvent moins chères.  

4. Ne négligez pas l’aspect nutritif

Comparez toujours les étiquettes nutritionnelles et préférez les aliments qui ont la meilleure valeur nutritive et qui entrent dans votre budget.

Les grains entiers tels que le riz, les pâtes, l’orge et le couscous sont peu coûteux et peuvent être utilisés dans une grande variété de recettes comme les soupes, les ragoûts et les salades.

Les œufs, le tofu, la protéine végétale texturée et les légumineuses (haricots, lentilles, pois chiche, etc.) sont des produits savoureux, riches en protéines et peu coûteux.

Le poisson en conserve donne aussi d’excellents sandwiches et des salades variées.

5. Vérifiez toujours les dates de péremption afin d’éviter le gaspillage. Optez pour la date la plus éloignée. 

Si un aliment que vous utilisez souvent est en spécial, profitez-en pour faire des provisions et congelez-en au besoin.  

Surveillez les étalages de fruits et légumes frais offerts à prix réduit ou pour vente rapide, ils donnent d’excellents repas.  

Les produits de boulangerie de la veille sont moins chers et encore bons. C’est la même chose pour le yogourt qui approche de la date de péremption. Dans les deux cas, vous pouvez les congeler pour les conserver plus longtemps. 

6. Cultivez vos herbes aromatiques dans votre cuisine

Les herbes aromatiques comme le basilic, thym, romarin, persil, ciboulette, menthe, aneth, coriandre, estragon, cerfeuil et oseille peuvent être cultivés sur le comptoir de votre cuisine proche d’une fenêtre. Cette manière de faire vous permettra d’économiser sur vos achats et d’avoir des herbes fraiches durant toute l’année.  

7. Informez-vous des ressources disponibles pour les budgets très serrés

Il y a des banques alimentaires, soupes populaires, cuisines collectives, jardins urbains et plein d’autres ressources qui peuvent vous aider à manger sainement en respectant votre budget. 

Référence: 

https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/conseils-pour-alimentation-saine/mangez-sainement-tout-en-respectant-votre-budget/

ACEF Lanaudière. Bien manger à bon compte, trucs, astuces et information en alimentation. 

https://www.unlockfood.ca/fr/Articles/Budget/20-facons-de-reduire-vos-depenses-en-epicerie.aspx

Point sur les pesticides

Depuis le 1er janvier 2022, la vente et l’utilisation de pesticides sont dorénavant encadrées par un nouveau règlement de la ville de Montréal. En effet, en vertu du règlement sur l’utilisation des pesticides (04-041), les 36 molécules (ci-dessous) qui entrent dans la composition de certains pesticides sont dorénavant interdites à Montréal.

FongicidesHerbicidesInsecticidesRodenticides
Bénomyl2,4-D Sels de sodiumAcétamirprideBrodifacoum
Captane2,4-D estersCarbarylBromadiolone
Chlorothalonil2,4-D forme acidesClorpyrifosBrométhaline
Iprodione2,4-D sels d’amineDicofolChlorophacinone
QuintozèneChlorthal diméthylDinotéfuraneDiféthialone
Thiophanate-MéthylGlyphostateImidacloprideDiphacinone
 MPCA estersMalathionPhosphine
 MPCA sels d’amineSulfoxaflor 
 MPCA sels de potassium ou de sodiumThiaclopride 
 Mécoprop, formes acidesThiaméthoxame 
 Mécroprop, sels d’amine  
 Mécroprop sels de potassium ou de sodium  

L’utilisation d’un pesticide constitué de l’une de ces molécules est passible d’une amende et la vente en est strictement interdite. Toutefois, certains pesticides sont toujours autorisés dans le cadre d’un usage commercial professionnel (horticulteur, entretien de pelouse, exterminateur, etc.). Advenant que vous fassiez affaire avec un de ces professionnels, assurez-vous que votre spécialiste possède le permis adéquat à l’utilisation des pesticides autorisés.  

Quelles sont les solutions les plus écologiques ?

L’utilisation de pesticides perturbe l’équilibre de l’environnement en plus de compromettre la santé humaine. Les effets des pesticides sont variés et les plus volatiles d’entre eux sont facilement dispersés par le vent et peuvent se retrouver dans les différents milieux aériens. Une fois dans les airs et/ou de retour au sol, lors des journées pluvieuses, le ruissellement des eaux est susceptible de transporter les pesticides et leurs molécules nuisibles dans les sources d’eaux avoisinantes. Les substances peuvent ainsi se retrouver à des kilomètres de leurs lieux d’application et les molécules qu’ils contiennent ont des durées de vie variables selon leurs composantes chimiques et les milieux dans lesquels ils se retrouvent.  Ce faisant, leur impact peut être nuisible sur de longues périodes. Ce nouveau règlement adopté en début d’année par la ville de Montréal vise l’adoption de solutions alternatives, plus viables à long terme. En voici quelques-unes :

Biopesticides :

Les biopesticides sont des substances chimiques et des agents antiparasitaires dérivés de sources naturelles telles que les bactéries, les champignons, les virus, les plantes, les animaux et les minéraux. Il s’agit alors d’une solution de rechange aux produits chimiques de synthèse utilisés dans la plupart des pesticides. L’avantage premier des biopesticides est qu’ils ciblent généralement un organisme nuisible spécifique et son utilisation aura très peu de rétroaction négative sur l’écosystème et sur la santé humaine. Toutefois, on suggère l’utilisation de biopesticides en cas de dernier recours, si le problème est persistant.

Vous trouverez ici une liste exhaustive des biopesticides approuvés par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques : https://sjdl.qc.ca/static/media/uploads/documents/environnement/biopesticides_-_usage_domestique.pdf

Localisation :

Placez vos plantes selon leurs besoins. En fonction de votre terrain, choisissez des plantes robustes et résilientes. Celles-ci seront beaucoup plus susceptibles de résister aux aléas, limitant de surcroît l’utilisation d’intrants chimiques.

Diversité :

Favorisez différentes espèces de végétaux. Dans la nature, une multitude d’organismes vivent en symbiose. En recréant ces dynamiques naturelles, vous augmentez naturellement les chances de survie de vos végétaux.

Paillis :

Le paillis maintient le sol frais et humide tout en empêchant les mauvaises herbes de croître. Ce faisant, l’utilisation adéquate du paillis permet de réduire les besoins de produits visant l’élimination des indésirables.

Engrais :

Fertilisez avec des engrais naturels. Ceux-ci servent de compléments au compost et fournissent des éléments nutritifs n’ayant subi aucune transformation chimique. Le compost, quant à lui, permet notamment d’enrichir le sol en micro-organismes et en nourriture tout en maintenant l’équilibre du PH. Avec un sol en santé et riche en nutriment, l’utilisation de pesticides n’est plus nécessaire.

Bibliographie

Espace pour la vie. (2022, 02 07). Carnet horticole et botanique. Récupéré sur Jardiner sans pesticides: https://espacepourlavie.ca/jardiner-sans-pesticides

Gouvernement du Canada. (2021, 02 18). Biopesticides. Récupéré sur  et utiliser des produits biologiques de lutte antiparasitaire commerciaux pour protéger les cultures des ennemisagricoles.: https://agriculture.canada.ca/fr/agriculture-environnement/lutte-antiparasitaire-agriculture/biopesticides

Ville de Montréal. (2021, 10 04). Règlement sur la vente et l’utilisation des pesticides (21-041). Récupéré sur Règlement sur la vente et l’utilisation des pesticides (21-041): https://montreal.ca/reglements-municipaux/recherche/61576d182f8ac90011ca58b5

Ville de Montréal. (2022, 02 07). Réglementation. Récupéré sur Utilisation des pesticides: https://montreal.ca/sujets/utilisation-des-pesticides#:~:text=Pour%20mieux%20prot%C3%A9ger%20la%20sant%C3%A9,pesticides%20sont%20interdites%20%C3%A0%20Montr%C3%A9al

Ville de Montréal. (2022, 02 07). Réglementation. Récupéré sur Utilisation des pesticides: https://montreal.ca/sujets/utilisation-des-pesticides?arrondissement=Villeray%E2%80%93Saint-Michel%E2%80%93Parc-Extension