[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Le verger urbain, vos fruits à portée de main !

L’agriculture urbaine gagne chaque jour en popularité, alors que les citoyennes et citoyens se sont mis au jardinage dans leur cour ou sur leur balcon, d’autres se sont lancés dans l’aménagement d’un verger urbain. Ces petits vergers peuvent être composés de différents arbres et arbustes fruitiers: pommier, amélanchier, vigne, framboisier, bleuetier, murier, argousier…

Pour arriver à verger luxuriant, des éléments de base sont à prendre en compte :  

  • L’ensoleillement : une orientation plein soleil, au sud, sud-ouest est idéale et vous offrira un grand choix de végétaux. Bien que moins nombreux, une belle gamme de végétaux se plairont aussi à la mi-ombre.
  • Le sol : une bonne qualité de sol, préférablement riche et bien drainé est à privilégier. La pollinisation : la plupart des fruitiers et des arbustes auront besoin d’un partenaire pour une bonne pollinisation et ainsi donner des fruits. Il peut s’agir d’un mâle et une femelle comme les kiwis et les argousiers ; ou d’un plant d’une seconde variété avec une floraison ayant lieu au même moment, comme pour la grande majorité des pommiers, des pruniers, des fruitiers à noix (chêne, noyer, châtaigner) et des bleuetiers.
  • La bonne zone de rusticité : lors du choix des végétaux, on sélectionne ceux qui correspondent à notre climat, c’est-à-dire de 5b à 6a (qui résiste à une minimal de -26 à -18 °C) pour le Grand Montréal.

Implantation en strate

Afin de valoriser pleinement le verger en maximisant l’espace, on a tout intérêt à concevoir une implantation en strate. On joue sur la hauteur de plusieurs mètres des arbres jusqu’à celle, minime, des couvre-sol. On oriente les arbres les plus hauts au nord, nord-est et les plus petits vers le sud-ouest pour éviter que les plus gros ne fassent de l’ombre aux plus petits.

Pour la première strate, on peut choisir des pommiers, amélanchiers, les fruitiers à noix, pruniers et pêchers. À une deuxième strate, on peut y planter des camérisiers, bleuetier, framboisier, cassissier, goji. À une troisième strate, on plante des vivaces non ligneuses comme la ciboulette, livèche, rhubarbe, mélisse, sauge, menthe ou monarde. On termine par un couvre-sol avec des fraisiers, gingembre sauvage, thé des bois, aromates méditerranéens…

Les plantes grimpantes pour vos clôtures !

Si vous avez des structures verticales comme des clôtures, vous pourrez y ajouter des plantes grimpantes comme le kiwi et la vigne. Avec une bonne variété de végétaux, on diversifie les récoltes tout au long de la saison et on favorise la biodiversité puisqu’il sera source de nourriture et d’abris pour multitudes d’insectes et oiseaux tout au long de la saison.

Pour aller plus loin :

Lévêque Jean-François. Une forêt nourricière chez soi… c’est possible ! Conseil pour un jardin-forêt productif. https://dujardindansmavie.com/conseils-idees/une-foret-nourriciere-chez-soi-cest-possible. (Consulté le 22 juillet 2021)

Thibaudeau Carole. Une forêt nourricière dans sa cour. La Presse, 4 septembre 2015. www.lapresse.ca/maison/cour-et-jardin/jardiner/201509/14/01-4900348-une-foret-nourriciere-dans-sa-cour.php. (Consulté le 22 juillet 2021)

Pépinière des pionniers. La pollinisation des fruitiers. https://www.pepio.org/fr/page/Pollinisation. (Consulté le 22 juillet 2021)