[email protected] (514) 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Que faire de la neige?

Ah comme la neige a neigé, ma vitre est un jardin de givre ! Chaque année, c’est inévitable, la métropole se retrouve ensevelie d’un couvert blanc. Il tombe en moyenne annuellement plus de 2 mètres de neige sur la ville de Montréal!

Malgré tous les désagréments occasionnés, la vie continue et de nombreuses opérations de déneigement sont organisées chaque année dans l’objectif de faciliter les déplacements sur les trottoirs et les rues.

Comment est gérée la neige à Montréal ?

En 2019-2020, l’entièreté de la neige récoltée lors de ces opérations équivalait à plus de 12 millions de mètres cubes, soit assez pour remplir plus de 6 fois le stade olympique! Afin d’en disposer, 12 sites d’entassement et 15 chutes à l’égout sont dispersés sur l’ensemble des arrondissements de la Ville de Montréal.

En 2021, le budget alloué au déneigement de la Ville de Montréal, s’établissait à 185 M$ dont 60% alloué aux chargements et à l’élimination.

Les chutes à l’égout

Les chutes à l’égout sont un trou grillagé connecté à un égout aussi gros qu’un tunnel de métro. Lorsque la neige y est déversée, celle-ci entre en contact avec les eaux usées en provenance des toilettes, bains et des machines à lavées. Ces eaux sont assez chaudes pour faire fondre la neige et une fois fondue, tout est acheminé directement vers les stations d’épuration de la ville de Montréal.

Les sites d’entassement

Crédit photo – Étienne Délorieux Unsplash

Des 12 sites d’entassement que nous retrouvons sur l’île de Montréal, le plus important se situe au plein cœur du quartier Saint-Michel et est localisé dans l’enceinte de la carrière Francon. D’une superficie totale de 94 hectares, l’équivalent de 98 terrains de soccer, l’étendue de la carrière est telle, qu’elle représente près de 20% de l’ensemble du territoire du district de Saint-Michel.

C’est environ 60% de cette superficie qui est dédiée à la gestion des neiges usées. Depuis maintenant plus de 30 ans, la carrière Francon reçoit en moyenne plus de 4 millions de mètres cubes de neige par année. Ce qui représente plus du tiers de l’ensemble de la neige récolté sur l’ensemble de l’île. En pleine tempête, c’est en moyenne plus de 150 camions par heure qui passent par la Carrière Francon afin d’y déverser la neige accumulée lors des opérations de déneigement.

Nordicité et neige au Québec

Au Québec, nous vivons au gré des saisons et la neige est un symbole puissant de la nordicité que nous expérimentons chaque année. Les coûts associés, le temps alloué et l’espace nécessaire au retrait de la neige nous renvoient à une question, pouvons-nous gérer et vivre la neige autrement?

La nordicité est un concept développé par le géographe québécois Louis-Edmond Hamelin. La nordicité se résume par le fait d’habiter un territoire froid de l’hémisphère Nord. Le concept n’est pas uniquement basé sur la géolocalisation, mais renvoie directement à un état, attitude et mode de vie.

Et ailleurs dans le monde ?

Plusieurs villes dans le monde ont développé des stratégies innovantes en termes de gestion des neiges. En voici quelques-unes !

Suède

L’hôpital de Sundsvall en Suède entrepose la neige récoltée dans un immense réceptacle d’une capacité de 60 000 mètres cubes soit assez pour y amasser 40 000 tonnes de neige. La neige entassée est recouverte d’une couche isolante composée de copeaux de bois ce qui permet à la neige de fondre juste au-dessus du point de congélation. L’eau créée par la fonte des neiges est par la suite réacheminée directement dans l’hôpital et permet de refroidir le bâtiment. Lors de la première année d’opération, l’hôpital de Sundsvall a été en mesure de convertir 30 000 mètres cubes de neige, l’équivalent de 20 000 tonnes en environ 2000 mégawattheures soit suffisamment d’énergie pour combler les besoins en refroidissement du bâtiment lors de la saison estivale.

Norvège

Crédit photo – Andreas Dress Unsplash

En Norvège, l’aéroport d’Oslo utilise un système similaire. Pour leur part, leur système leur permet d’entreposer 30 000 mètres cubes de neige et celle-ci, lorsque réacheminée dans le système de refroidissement de l’aéroport, permet de fournir 800 mégawattheures. En comparaison, une petite maison consomme environ 50 kilowattheures par jour. Subséquemment, les 800 mégawattheures produit par l’aéroport d’Oslo, seraient suffisants pour combler les besoins énergétiques d’une petite maison pendant environ 16 000 jours.

États-Unis

À Boston, des étudiantes d’Harvard ont réfléchi à un système d’entreposage des neiges innovateur, leur valant en 2020, le prix des sciences appliquées. Leur idée est de parsemer à travers le paysage urbain des sites d’entreposage souterrains des neiges. Ces sites seront munis d’une bouche d’aération qui permettra lors de la fonte des neiges le refroidissement de l’air ambiant. Ce faisant, les habitant.es de Boston pourront profiter des espaces publics lors des journées de canicules.

Finalement, des chercheur.euse.s de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont développé un dispositif en silicone capable de transformer les précipitations de neige en électricité. Le dispositif se charge grâce à l’électricité statique et produit de l’énergie lors du contact entre le dispositif et la neige. La neige a une charge électrique positive et le dispositif en silicone a une charge électrique négative. Le contact entre ces deux charges opposées créé de l’énergie. Jusqu’à présent, leur invention ne produit que très peu d’électricité, mais les chercheurs de UCLA espèrent qu’à terme leur invention sera en mesure d’alimenter les panneaux solaires qui reçoivent très peu de lumière en hiver.

Bibliographie :

Pour en savoir plus sur la nordicité : https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/nordicite

Francon, cœur de notre quartier. Vivre Saint-Michel en santé. https://www.vivre-saint-michel.org/projets/francon-c%C5%93ur-de-notre-quartier/

OBAS, S. (2020). Où va la neige. Beside Media. https://beside.media/fr/reportages/ou-va-la-neige/

SKOGSBERG, K., NORDELL, B. (2000). The Sundsvall hospital snow storage. https://doi.org/10.1016/S0165-232X(00)00021-5

Conseil régional environnement Montréal (CREM). (2020). La neige : matière résiduelle ou or blanc. https://cremtl.org/publication/editoriaux/2020/neige-matiere-residuelle-blanc MOE, J. (2018). Using stored snow as cooling at Oslo airport, Norway. https://doi.org/10.1680/jcien.17.00041

Radio-Canada. (2018). Montréal pourra déposer sur deux nouveaux sites. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1082852/depots-neige-presque-pleins-egouts https://www.gsd.harvard.edu/project/snow-bank/

TVA nouvelles (2019). Le site de la carrière Saint-Michel, un dépôt à neige situé dans l’est de Montréal, avant la tempête annoncée de mardi. [Image en ligne]. Repéré à URL : https://www.tvanouvelles.ca/2019/02/12/le-calme-avant-la-tempete-dans-les-depots-a-neige

Saint-Valentin : Top 5 des solutions pour faire l’amour en vert

Rédigé par Benoit Plantard

Le grand soir arrive, que ça soit une histoire d’un soir ou le grand amour, tout est prêt ! Vous avez mis votre playlist gagnante (Marvin Gaye évidemment), lavé vos draps, fait le ménage, baissé vos lumières afin d’installer une ambiance tamisée, peut-être même allumé quelques bougies. Vous avez mis vos plus beaux sous-vêtements et rangé vos « accessoires » favoris de façon méthodique. Suffisamment accessible, mais pas en évidence, vous ne voudriez pas envoyer le mauvais message.

Pourtant une chose vous turlupine…

Vous qui êtes un. e défenseur. se de l’environnement chevronné. e vous n’y avez jamais pensé ! Mais là, 5 minutes avant que le doigt de votre partenaire ne se pose sur la poignée de votre porte, ça vous saute aux yeux ! Toutes ces lumières, ces produits, cette installation sont-ils respectueux de l’environnement ? Allez-vous, en faisant l’amour, participer au déclin de la planète ?

Pas de stress ! Bien que l’activité sexuelle puisse être source de pollution, Ville en vert vous donne quelques clés afin de procréer (ou pas) de façon écologique. Un argument qui vous aidera certainement, vous ou votre partenaire, à atteindre un orgasme de qualité.

Crédit photo – Marine Raspopova Unsplash

L’ambiance

Bien qu’il soit agréable de pouvoir admirer le corps de notre partenaire, les ampoules peuvent représenter une consommation inutile d’électricité. Une des meilleures solutions reste d’éteindre la lumière lors de l’acte.

Si le visuel est quelque chose d’important pour vous, favoriser un éclairage DEL ou avec des ampoules basses consommations. Pour rappel, une ampoule DEL consomme en moyenne 9 fois moins qu’une ampoule traditionnelle.

Les chandelles si elles sont naturelles et locales sont aussi une bonne alternative (vous trouverez toutes une sélection de bougies écologiques et naturelles dans notre boutique). Certaines chandelles vous permettront même d’utiliser la cire pour faire de bons massages. Que demander de plus ?

Les accessoires : jouets sexuels, kit de rétention divers, etc. …

Pour vos jouets sexuels, certaines petites choses sont à connaitre avant de passer à l’achat.

  • Pour les jouets sexuels, essayer d’opter pour des modèles en matière durable ou recyclable/biodégradable. Les modèles en verre ou en acier par exemple sont souvent plus écologiques que ceux en plastique ou en silicone.
  • Favoriser les achats en boutique plutôt qu’en ligne.
  • Prendre un modèle qui se recharge plutôt qu’un modèle à batteries est aussi un bon choix à faire.
  • Éviter à tout prix (même s’ils sont beaucoup moins chers) les jouets sexuels bon marché trouvables en ligne. Ils sont souvent pleins de produits toxiques (Phtalates) et sont potentiellement dangereux pour votre santé sur le long terme.

Les lubrifiants

Pour les lubrifiants, pas de miracle, les lubrifiants à base de pétrole sont à proscrire absolument ! Les lubrifiants à base d’eau sont souvent les plus sains et les plus écologiques. Malheureusement, beaucoup contiennent de la glycérine (un agent sucrant) ce qui favorise l’installation de bactéries. La meilleure solution pour vous est de prendre un lubrifiant végan, à l’eau ou à l’huile. Si vous voyez la norme RFSU foncez !

Attention toute fois au type de protection ou de jouet que vous utilisez, car ils ne sont pas tous compatibles avec certains types de lubrifiants. Voici une recette des Trappeuses pour faire son propre lubrifiant à la maison.

Les préservatifs et la contraception

En ce qui concerne les préservatifs, il existe plusieurs alternatives sur le marché. Encore une fois la norme RFSU est votre meilleur alliée. Les préservatifs végans (sans caséine, un produit dérivé du lait) sont aussi une option, il faut toutefois faire quelques tests, car toutes les marques ne se valent pas. Green Condom ou Bivea sont des exemples de marques qui proposent une large gamme de produits.

En ce qui concerne les autres formes de contraceptions (qui sont productrices de déchets d’emballage et source de polluants notamment au niveau aquatique), il n’y a malheureusement pas d’alternative viable sur le marché. La meilleure contraception pour l’environnement et pour la santé reste encore la vasectomie, réversible, et peu productrice de déchets. Elle ne vous protège cependant pas contre les IST (désolé messieurs).

Le sexe en milieu aquatique

Une bonne partie de jambe en l’air sous la douche est souvent attirante. Il fait chaud, les corps mouillés sont magnifiés, on se savonne, on se bichonne, on s’aime quoi !

Pourtant c’est environnementalement une très mauvaise idée !

Petit rappel : On estime qu’un bain consomme environ 160L d’eau suivant la taille standard d’une baignoire. Pour une douche, on parle de 100L d’eau toutes les 5 minutes.

La durée d’un rapport sexuel moyen au Québec est d’environ 15 minutes, sous la douche, cela veut dire qu’environ 300L d’eau sont utilisés. Même si on divise par deux (on est rarement tout seuls dans ces cas-là), cela reste une consommation proche de celle d’un bain.

Donc dans le meilleur des mondes, le sexe sous la douche est à proscrire (sauf si vous vous douchez à plus de 4 personnes ou moins de 5 min, là ça peut être plus rentable).

Lingerie

Même dans les vêtements vous pouvez avoir un impact sur l’environnement. C’est le moment de se faire plaisir et d’investir dans un kit de lingerie biologique et végan. Vous trouverez des modèles en coton biologique ou en chanvre. Encore une fois, favorisez le local. Vous trouverez ici quelques exemples d’entreprises québécoises de lingerie.

Faits amusants :

On estime à 10 milliards le nombre de préservatifs masculins produit chaque année dans le monde. Un chiffre énorme qui finira dans le site d’enfouissement, car non recyclable de par leur teneur en produit chimique. Pour vous donner une idée, c’est égal à 1 million de tonnes de déchets/an, soit 6 fois le poids de la tour du stade olympique de Montréal ou 8 millions de fois l’acteur Antoine Bertrand.

Sachant qu’un préservatif fait en moyenne 18 cm, si on met tous ces préservatifs bout à bout on peut :

  • Faire 44 fois le tour de la Terre
  • Faire 2 fois l’aller-retour Terre — Lune
  • Faire 2000 fois l’aller-retour Montréal — Chibougamau

Sources :

Anderson, L. (2015, aout 8). Pourquoi le préservatif n’a (quasiment) jamais évolué. Retrieved from SLATE: http://www.slate.fr/story/103129/pourquoi-preservatif-jamais-evolue Billé, C. (N.c).

Le sexe écolo, pour des orgasmes qui respectent la planète. Récupéré sur Cosmopolitan : https://www.cosmopolitan.fr/le-sexe-ecolo-pour-des-orgasmes-qui-respectent-la-planete,2032621.asp?utm_source=pocket_mylist

Hossein, N. (2021, Octobre 28). Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi ? Récupéré sur SLATE : http://www.slate.fr/story/218121/sexe-eco-responsable-ca-ressemble-quoi?utm_source=pocket_mylist

Les TRaPEUSES. (2018, Février 10). Lubrifiant DIY : C’est la saison de la glisse ! Récupéré sur Les trapeuses : https://lestrappeus.es/cest-la-saison-de-la-glisse-lubrifiant-diy/

Eco-friendly sex toys are a thing, so here’s how to buy the best ones. Récupéré sur Bodyandsoul : https://www.bodyandsoul.com.au/shop/wellness/ecofriendly-sex-toys-are-a-thing-so-heres-how-to-buy-the-best-ones/news-story/ae904ee256045d577658ce71718fad05

Le sexe écologique : Qu’est-ce que c’est et quel est son impact sur le changement climatique ? Récupéré sur BBC News : https://www.bbc.com/afrique/monde-59050995?utm_source=pocket_mylist

Recycler les jouets… Même ceux pour adultes !? Récupéré sur Sex Shop Eros : https://www.erosetcompagnie.com/Blogue/recycler-les-jouets Turpault-Desroches, F. (2009, Aout 3).

Sexe bio : faire l’amour de façon écologique. Récupéré sur La Presse : https://www.lapresse.ca/vivre/societe/200908/03/01-889397-sexe-bio-faire-lamour-de-facon-ecologique.php?utm_source=pocket_mylist