[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Sel de déglaçage: écologique ou pas ?

sel déglaçage

À Montréal, 150 000 tonnes de chlorure de sodium, communément appelé “sel”, sont utilisées en moyenne chaque année pour déglacer routes et trottoirs. Une fois épandu au sol, le sel dissout fait passer la température de congélation de l’eau de 0 °C à -12 °C, et élimine ainsi les surfaces glissantes quand le mercure passe sous la barre du zéro…  

Quel est l’impact du sel de déglaçage sur notre environnement ? 

On remarque avec la fonte des neiges au printemps et avec le ruissèlement de la pluie que le sel se retrouve dans les cours d’eau de surfaces et les nappes souterraines. L’épandage répété crée une accumulation de sel dans les écosystèmes impactant négativement les organismes vivants.  

  • Premièrement, le sel limite l’accès à l’eau des racines des plantes ce qui les assèche et diminue leur croissance.  
  • Deuxièmement, lorsque le sel est séché sur la route, on remarque au passage des voitures, que de fines particules de sel se déposent sur les bourgeons ce qui a pour effet de bloquer leur développement.  
  • Troisièmement, une forte concentration de sel perturbe le cycle vital d’oxygénation des lacs à proximité des routes au printemps. En effet, les organismes vivants au fond des cours d’eau ont besoin de l’échange d’oxygène entre l’eau en surface et l’eau profonde. Or, la présence de sel augmente la densité de l’eau. Cette eau salée plus lourde s’accumule au fond et ne remonte pas à la surface au moment où l’eau froide chargée d’oxygène de la fonte des glaces est censée descendre et la remplacer.  

Les effets du sel sur la nature ne sont donc pas négligeables !  

Solutions possibles pour limiter votre impact

(et garder votre entrée sèche et sécuritaire !)

Tout d’abord, assurez-vous que l’aménagement de votre logement ne favorise pas la formation de glace dans les aires de circulation en réorientant notamment les sorties des gouttières. Ensuite, la solution la plus efficace et la plus simple est… de déneiger à la pelle dès qu’il y a une précipitation de neige ! Et ce, afin d’éviter la formation de glace.

Si ce n’est pas possible, vous pouvez opter pour des solutions augmentant l’adhérence à la glace. Pour cela, remplacez le sel par des graines d’oiseaux et du marc de café, qui sont des adhésifs efficaces. Une autre solution, plutôt destinée aux autos, est l’utilisation d’abrasifs tels que le sable ou le gravier qui offrent une bonne traction sur la glace. 

Si l’utilisation du sel de déglaçage est inévitable, nous suggérons un produit coloré afin d’éviter une application excessive. Il est important de l’épandre juste avant une averse de neige, d’enlever et de récupérer le superflu et finalement, de surveiller les indicateurs de température du produit, car attention, plusieurs sels ne fonctionnent pas lorsque la température est très froide.    

N’oubliez pas, la formation de glace et sa fonte est un cycle naturel qui joue un rôle à part entière dans le fonctionnement de nos écosystèmes alors asseyons de lutter contre les glissades sans lutter contre l’environnement ! 


 Références: