[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Waste Land, un monde de déchets

Waste Land

Voici Magna, l’une des 3000 catadores (ramasseurs de déchets recyclables) de Jardim Gramacho, le plus grand dépotoir au monde avant sa fermeture en 2012, situé à proximité de Rio de Janeiro. Magna, avec 13000 autres personnes, passait ses journées dans ce dépotoir à collecter des matières recyclables vendues ensuite pour quelques sous. Elles contribuaient ainsi à étendre la durée de vie du site grâce à la récupération journalière de 200 tonnes de matières recyclables qui autrement auraient été enfouies. Le site Jardim Gramacho recevait jusqu’à 7000 tonnes de déchets chaque jour, ce qui représentait 70% des déchets produits à Rio de Janeiro.

https://youtu.be/QUAavzJsTBw?rel=0&cc_load_policy=1

Résultat d’un tournage qui s’est déroulé sur trois ans, Waste Land est un documentaire qui dépeint la vie de ces catadores dont la vie a été transformée suite à la visite de Vik Muniz, photographe et peintre brésilien renommé. L’objectif initial de Muniz était de réaliser des peintures des catadores avec comme matière première des déchets. Il a réussi dans sa démarche à produire beaucoup plus que de l’art: les catadores ont réalisé qu’une toute autre vie remplie de possibilités était possible en dehors du dépotoir.

Wasteland

Ce film et ses protagonistes provoque une prise de conscience sur les montagnes de déchets que nous générons et comment nous en disposons. Il n’est pas nécessaire d’habiter à Rio ou que nos déchets finissent à Jardim Gramacho pour se questionner sur notre mode de vie où prime la consommation. Il n’y a qu’à voir la quantité de matières recyclables retrouvées dans nos sites d’enfouissement au Québec: environ 40% de nos déchets sont recyclables et sont pourtant enfouis ou incinérés au lieu d’être récupérés.

Comment agir? Sachant que les sites d’enfouissement sont malheureusement la fin du cycle de vie d’une bonne partie des objets que nous consommons au Québec, la réduction à la source, le réemploi, le recyclage et la valorisation constituent des moyens concrets de réduire notre empreinte environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.