[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Des engrais verts à la volée

Pierre-Laurent Beauchamp

Les engrais verts, ça vous dit quelque chose ? Et non, ce ne sont pas des fertilisants qu’on ajoute à nos plantes, mais des plantes qu’on sème pour leurs bienfaits autant nombreux que variés. En effet, ils permettent d’enrichir le sol, contrôler les herbes indésirables, lutter contre l’érosion, attirer les insectes bénéfiques, briser le cycle d’insectes ravageurs et de maladies et conserver l’humidité du sol. Certains de ces végétaux sont même comestibles. On serait donc fou de s’en passer !

Les deux types de culture d’engrais verts
La culture « en dérobée » ou « de couverture »

Elle se fait avant ou après la culture principale. On pourra par exemple planter du sarrasin à l’automne pour préparer le potager. En effet, les racines de cette plante sont associées à des champignons mycorhiziens qui facilitent l’assimilation d’une partie du phosphore existant dans le sol. Dix à quinze jours après la germination, on coupe le feuillage rempli de minéraux et on le retourne au sol. L’avoine, la moutarde blanche, le pois et le radis fourrager, la luzerne font également partie des engrais verts les plus utilisés.

La culture intercalaire

Elle se fait en parallèle à la culture principale (par exemple, du trèfle entre des rangs de maïs). Ces engrais verts se retrouvent le long et en dessous des cultures principales. Ils agiront donc au même degré qu’un couvre-sol sans nuire à la croissance des plantes potagères. Parmi celles-ci, on recommande les légumineuses, qui permettent de fixer le niveau d’azote dans le sol, comme le pois fourrager, le seigle d’automne, le trèfle incarnat, le fenugrec, la luzerne, la féverole.

En bref :

L’idéal est de mélanger différentes variétés, chacune apportant un nutriment différent qui enrichira le sol, et ce, en limitant les défauts liés à la monoculture.

Une des combinaisons fréquemment utilisées chez les maraîchers québécois et maraîchères québécoises est celle d’avoine et de pois fourrager. L’avoine, aux racines denses et profondes, aère et augmente le taux d’humus dans le sol ; le pois fourrager a, lui, une excellente capacité à fixer l’azote dans le sol. Avoine et pois fourrager sont un duo très facile à employer car ils ont un cycle de croissance identique.

Sources :

Albert Mondor. Les engrais verts, pour un sol plus sain

https://mjardiner.com/2018/08/les-engrais-verts-pour-un-sol-plus-sain/

Consulté le 21 septembre 2021

Jardin de l’Ecoumène. Les engrais verts, une technique qui profite énormément à vos cultures !

https://www.ecoumene.com/2018/08/02/les-engrais-verts/

Consulté le 21 septembre 2021

https://dujardindansmavie.com/conseils-idees/engrais-verts-pour-le-potager/

Consulté le 21 septembre 2021