[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Les sacs plastiques « biodégradables »

De plus en plus de citoyennes et citoyens se sensibilisent à l’impact écologique des produits de consommation qu’ils achètent et de leurs emballages. Parmi ces derniers, les plastiques biodégradables et oxo-biodégradables. La mention biodégradable est souvent associée à un avantage écologique bien que ce ne soit pas nécessairement le cas.

Que signifie biodégradable ?

Biodégradable se dit d’une substance ou d’un matériau qui se décompose en éléments divers sous l’action d’organismes vivants. Il s’agit donc d’une matière qui va se dégrader naturellement sous l’action de micro-organismes (champignons, bactéries, etc.). Toutefois, aucune échelle de temps n’est associée à la biodégradabilité. Presque tous les matériaux se biodégraderont éventuellement. La durée du processus de biodégradation dépend grandement de son environnement et plus particulièrement de l’humidité et de la température. C’est la raison pour laquelle dire d’un plastique qu’il est biodégradable sans en contextualiser les conditions est trompeur pour les consommatrices et les consommateurs. Il serait donc possible, bien que réducteur, de dire qu’un sac plastique conventionnel, bien qu’il mette 500 ans à se décomposer, va bel et bien se « biodégrader ».

Il est aussi important de mentionner que le terme biodégradable ne fait pas mention de la toxicité des molécules décomposées. Un produit à base de plantes pourra se décomposer en matières naturelles et non toxiques. Néanmoins, beaucoup de matières (même biodégradables) vont se décomposer en laissant derrière elles des produits chimiques toxiques.

La mention biodégradable n’est donc pas synonyme d’écologique.                                                                                                    

Qu’en est-il de la mention oxo-biodégradable ?

Bien que souvent confondu avec du plastique biodégradable, le plastique oxo-biodégradable ou oxo-dégradable appartient à une autre catégorie de plastiques.

Il s’agit d’un plastique conventionnel mélangé avec un additif qui accélère sa dégradation sous l’effet de la lumière et de la chaleur. Les plastiques oxo-biodégradables vont donc se décomposer en petits morceaux rapidement (les microplastiques) mais ne vont pas se fragmenter à l’échelle moléculaire, laissant ainsi des microparticules plastiques dans l’environnement. Bien que le plastique ne soit plus visible à l’œil nu, ces particules invisibles vont entrer dans les sols et dans les eaux jusqu’à ce qu’ils soient entièrement dégradés.

Le plastique oxo-biodégradable est donc d’autant plus trompeur, sa décomposition rapide n’en diminuant pas la nocivité, au contraire.

Quelques pistes de consommation responsable

Tout d’abord, vous pouvez vous fier aux labels reconnus officiellement au Canada. En ce qui concerne les produits biodégradables, c’est le label Écologo qui pourra en certifier. Toute autre mention biodégradable ou design « vert » n’ont aucune valeur.

En plus d’assurer la biodégradabilité d’un produit, il se soucie aussi de la toxicité des substances. Pour en savoir plus sur les labels reconnus officiellement au Canada, rendez-vous sur le site du gouvernement!

Finalement, le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit! Optez le plus que possible pour des biens réutilisables (sacs, contenants, etc.). Si le sujet vous intéresse et que vous voulez en savoir plus sur d’autres matériaux à la réputation écologique parfois trompeuse, renseignez-vous sur le bambou par ici!

Sources :

Déménagement éco-responsable

Notre collègue Justin, chargé de projets en Gestion des matières résiduelles vous donne quelques conseils pour un déménagement éco-responsable.

Le mois de juin bat son plein. Le soleil et le beau temps nous font du bien. Préparez-vous, il reste peu de temps avant une des journées les plus importantes de l’année au Québec. Et non, je ne parle pas de la fête nationale du 24 juin ! La fête dont je fais mention est un phénomène bien particulier au Québec, c’est le jour des déménagements ! Qui dit déménagement, dit déchets…

Bon, le 1er juillet est également la fête du Canada. Cela dit, ce jour férié, qui vient une semaine après les festivités de la fête nationale, est principalement utilisé par environ 200 000 ménages québécois chaque année, pour changer de domicile. Ça représente plus de 20% des ménages de location du Québec !

Depuis plusieurs décennies, le 1er juillet va de pair avec le renouvèlement des baux de location. Si vous lisez ces lignes et que vous êtes locataires dans une des grandes villes du Québec, il y a de fortes chances que votre bail arrive à échéance à la fin du mois.

Pourquoi est-ce que c’est important de parler de ce jour fatidique ?

Qui dit déménagement, dit matières résiduelles. Que ce soit avant, pendant ou à la suite d’un déménagement, cette courte période de l’année entraine la génération d’une quantité monstre de déchets. Pour la région de Montréal, c’est 60 000 tonnes d’ordures ménagères, d’encombrants et de résidus de constructions, rénovations et démolitions qui sont laissés sur le bord du chemin à cause des déménagements du 1er juillet…

Avant le déménagement, n’oubliez pas…

Les boites de carton

Un des objets dont on a le plus besoin pour le déménagement est une matière que l’on rejette systématiquement chaque semaine, la boite de carton !

Oui, il est possible d’en acheter un peu n’importe où, surtout dans cette période de l’année. Cependant, le mieux reste de réutiliser les boites qui ont déjà servi ! Il est compréhensible de ne pas vouloir garder les mêmes boites de déménagement en déménagement. Cependant, la boite de carton est un déchet très courant dans le quotidien. Si vous n’avez pas déjà commencé à le faire, garder les belles boites que vous obtenez au quotidien. N’oubliez pas de demander à vos amis et votre famille qui ne déménagent pas de faire de même ! Bien que plusieurs locataires déménagent le 1er juillet, ce n’est pas tout le monde. Il y a probablement plusieurs personnes de votre entourage qui peuvent vous aider !

L’autre option qui s’offre à vous pour obtenir des boites de carton, tout en leur offrant une deuxième vie, c’est de demander à vos commerces locaux. Les boutiques, épiceries et supermarchés doivent disposer de plein de boites chaque semaine. Si vous demandez, il y a de très grandes chances que vous receviez ce que vous cherchez !

La conservation de la nourriture

Puisqu’il peut être compliqué de déménager la nourriture du réfrigérateur et du congélateur (il faut attendre avant de brancher l’appareil dans notre nouveau chez soi), on vous conseille de consommer la nourriture périssable qui doit se conserver au frais que vous avez déjà sous la main. Ainsi, vous n’aurez pas à la déménager, et vous allez éviter de gaspiller !

Le respect des jours de collectes de votre ancien logement ET de votre nouveau domicile

Si vous vous promenez dans les rues dans la semaine du 1er juillet, vous allez probablement apercevoir plusieurs endroits où s’empilent une montagne de déchets de tout type, comme des ordures, des matières recyclables, des encombrants, etc. Ces dépôts sauvages vont finir par être ramassés par les services de collecte, mais vu la quantité des matières abandonnées un peu partout pendant la période des déménagements, ça devrait prendre plus de temps que d’habitude. Pendant ce temps, beaucoup de déchets plastiques mal ensachés vont partir au vent et terminer leur course dans nos rues, nos parcs, ou pire, dans la Rivière-des-Prairies ou le fleuve Saint-Laurent !

Pour éviter de participer sans le vouloir à la pollution de notre ville et de nos cours d’eau, respectez bien les jours de collectes afin de limiter au maximum le temps que les déchets ont pour partir au vent. Aussi, si ce n’est pas déjà fait, commencez tout de suite à mettre ce que vous n’allez pas déménager au bord du chemin. Ainsi, au lieu d’avoir une seule montagne de résidus, vous aurez des quantités plus faciles à manœuvrer chaque semaine.

Afin de vous aider dans la gestion des matières résiduelles du déménagement, je vous invite à revisiter notre article Gérer ses résidus de déménagement.

Sources :

Clairandrée Cauchy (2005). Les déménagements font la pluie et le beau temps. [En ligne]. https://www.ledevoir.com/societe/85377/les-demenagements-font-la-pluie-et-le-beau-temps

Déménagement 94 (s.d). Pourquoi déménage-t-on le 1er juillet au Québec ? [En ligne]. https://www.demenagement-94.fr/pourquoi-demenage-t-on-le-1er-juillet-au-quebec/#:~:text=Depuis%20cette%20p%C3%A9riode%20les%20baux,en%20cours%20d’ann%C3%A9e%20scolaire.

Société d’habitation du Québec (2001). Évolution socio-économique des ménages locataires et propriétaires au Québec entre 1981 et 1996. [En ligne]. http://www.habitation.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/publications/0000021165.pdf