[email protected] (514) 447-6232 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Les mythes alimentaires décortiqués !(suite)

Le mois dernier nous avons levé le voile sur des croyances alimentaires. Ce mois-ci découvrez 3 autres mythes qui vont feront peut-être changer vos habitudes alimentaires !


Un pain multigrain est un choix santé

Mythe !

La mention « multigrains » signifie que des céréales ou des grains ont été ajoutés au pain, donnant entre autres saveur et texture. Ici, la liste des ingrédients et le tableau de la valeur nutritive vont nous aider à faire de meilleur choix. Si un pain multigrain à base de grains entiers peut être un bon choix, un pain multigrain à base de farine raffinée risque d’être moins avantageux, entre autres côté fibres. Qu’ils soient multigrains ou pas, on gagne à opter pour les pains qui ont une farine entière au premier rang de la liste des ingrédients, et on favorise ceux qui fournissent au moins 2 grammes de fibres par tranche régulière (environ 35 g).

Les fibres sont bénéfiques pour notre organisme, elles jouent un rôle important sur la régulation de notre transit intestinal. Pour augmenter les fibres dans votre journée, optez pour plus de fruits et légumes, augmentez votre consommation de légumineuses et choisissez les produits céréaliers à grains entiers.

Les mini-carottes sont traitées avec une eau chlorée

Réalité !

Pour prolonger leur durée de conservation, les mini-carottes sont trempées dans une eau chlorée. La quantité de chlore, réglementée par Santé Canada, est faible, ce qui nous assure que cet ajout ne pose aucun danger pour la santé.

Les mini-carottes sont des carottes longues et minces coupées en 3 ou 4 et refaçonnées par des machines industrielles. Cette technique a d’abord été utilisée pour convertir les carottes ayant des défauts, comme des taches, des marques ou des racines fourchues. Elles ne pouvaient donc pas être commercialisées. Toute une industrie est basée sur la production de ces mini-carottes prêtes à manger qui se vendent désormais beaucoup plus que les carottes classiques.

Si ce procédé ne vous convient pas, optez pour les carottes classiques ou encore les mini-carottes biologiques.

Les épinards sont riches en fer

Mythe !

Une virgule mal placée et hop les épinards se retrouvent en tête de liste des aliments riches en fer. Cette faute de frappe passée inaperçue pendant des années a multiplié par dix le fer contenu dans les épinards et a donné naissance au légendaire Popeye le marin ! Malgré tout, les épinards demeurent un des légumes les plus riches en vitamines et minéraux: fer, acide folique, magnésium, vitamines A, K, B6, manganèse et cuivre.

Dans le monde végétal les bonnes sources de fer ne manquent pas. Ce minéral se retrouve dans les légumineuses, tel que les haricots blancs, les lentilles ou encore les pois chiches. Le tofu ainsi que le tempeh, issus du soya, font aussi partie des aliments contenant du fer. Dans les céréales, les flocons d’avoine et le quinoa sont des sources de fer. Et pour les gourmands sachez que le chocolat noir en contient également !


De l’importance de la présence des arbres en milieu urbain-UAPMQ 2021

Photo : ©Roxane Paquet Photographe

Lorsque nous faisons référence à l’expression “les poumons de la planète”, nous sommes instinctivement portés à visualiser de grandes forêts telles que celle de l’Amazonie. Or, il n’est pas nécessaire de faire un si grand saut géographique pour constater l’importance de ce type de couvert végétal pour l’équilibre environnemental et, par le fait même, la santé humaine. En effet, les bienfaits des arbres sont en vigueur partout où on les retrouve, et ce aussi bien en forêt qu’à travers le territoire urbain. Dans le cas de Montréal, on peut par exemple mentionner qu’à travers la panoplie de bénéfices écologiques qu’offre la plantation d’arbres, la réduction des ilots de chaleur en est un des plus notables.

Le retour d’Un arbre pour mon quartier

C’est dans ce contexte que Ville en vert invite les Montréalaises et Montréalais à prendre part à la campagne Un arbre pour mon quartier actuellement en cours. Cette initiative du Regroupement des écoquartiers (REQ) et de la Société de verdissement du Montréal métropolitain (Soverdi) permet d’offrir aux citoyens des arbres à bas prix dans un effort collectif de verdissement du territoire, lequel s’inscrit dans le Plan d’action Forêt urbaine (PAC).

Précisément, ce sont plusieurs variétés d’arbres feuillus et fruitiers mesurant de 1,5 à 2 mètres qui sont mis en vente pour la modique somme de 25$ l’unité (35$ dans le cas des arbres fruitiers) à l’intention des citoyens propriétaires d’un terrain. La campagne se déroulera entre le 14 avril et le 31 mai. La distribution des arbres aura lieu dans la semaine du 14 juin 2021.

Pour en apprendre davantage sur la campagne Un arbre pour mon quartier c’est ici: https://www.unarbrepourmonquartier.org/

À ce jour, ce sont plus de 10 000 arbres qui ont été plantés sur l’ile de Montréal dans le cadre de la campagne Un arbre pour mon quartier. Il n’est pas sans rappeler que suite à la récente perte de plusieurs frênes du territoire montréalais ayant dû être abattu en raison de la prolifération de l’agrile du frêne, il importe de regarnir le couvert arborescent avec de nouvelles variétés d’arbres.

Les arbres, vecteurs de bénéfices écologiques

La présence d’arbres en milieu urbain contribue assurément au bien-être des citoyens que ce soit par leur beauté architecturale et organique, l’intimité et le calme qu’ils insufflent aux espaces publics, les sons de la vie urbaine qu’ils permettent d’atténuer ou par le rappel du passage des saisons qu’ils incarnent. C’est avant tout pour leurs fonctions écologiques que leur présence importe sur le territoire montréalais.  

La canopée urbaine permet à une échelle plus locale de réduire les ilots de chaleur, lesquels contribuent à la diffusion des polluants dans l’air, au smog et comme les Montréalais le savent bien, aux vagues de chaleur accablantes. En bref, le couvert arborescent permet de faire baisser la température élevée causée par un fort apport en énergie solaire grâce à l’évapotranspiration (les rayons du soleil qui se transforment en sudation des feuilles) et à l’ombre qu’il dispense aux surfaces du sol. L’arbre permet également la purification de l’air, alors que ses feuilles agissent comme véritables filtres par leur capacité à capter les polluants et poussières en suspension.

Le projet Vert le Nord en soutien à la campagne Un arbre pour mon quartier

Ce rôle de l’arbre en ville que nous savons dorénavant essentiel a donné naissance à des projets d’envergure visant spécifiquement la réduction des ilots de chaleur urbains. Le projet Vert le Nord, porté par Ville en vert en étroite collaboration avec VertCité, vise la déminéralisation et la plantation d’arbres en majorité dans les espaces destinés au public dans les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville, de Villeray—Saint-Michel—Parc-Extension et de Saint-Laurent. Ce projet financé en partie par le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC 2013-2020) du gouvernement du Québec, viendra également donner un coup de pouce à la campagne d’Un arbre pour mon quartier en offrant un rabais sur les arbres ainsi que la livraison et la plantation gratuite pour les résidences situées dans les codes postaux suivants : (H4N, H2N, H4J, H3N et H1Z).

Références :

Philippe Anquez et Alicia Herlem (2011) Les ilots de chaleur dans la région métropolitaine de Montréal : causes, impacts et solutions, [En ligne], page consultée le 1er août 2019

Un arbre pour mon quartier (2019) À propos, [En ligne], page consultée le 1er août 2019 Arboquébec (2019) Importance de nos arbres, [En ligne], page consultée le 1er août 2019